SPIEL.digital : Le compte-rendu

La semaine passée a eu lieu le SPIEL.digital. J’y ai participé en découvrant des jeux sur Tabletopia et aussi en écoutant/regardant des lives. Voici ce que j’en ai pensé.

Une organisation un peu brouillon

Même si le site du SPIEL.digital semblait bien fourni avec ces différentes rubriques, il n’était pas forcément évident de trouver certaines informations primordiales pour découvrir des jeux. En effet, tous les éditeurs n’utilisaient pas les mêmes supports pour faire jouer leurs jeux (Tabletopia, Tabletop Simulator, Stories, BGA et peut-être d’autres encore) ce qui est dommage car il fallait alors jongler entre plusieurs sites pour trouver un jeu. Aussi les liens vers les Discord des éditeurs (c’est-à-dire le logiciel permettant de discuter et d’écouter l’explication de la règle) n’étaient pas forcément évidents à trouver : certains l’ont mis directement sur la page qui leur était dédiée sur le site du SPIEL.digital, pour d’autres il fallait aller sur la page du jeu qu’ils faisaient jouer et d’autres encore la partageaient sur les réseaux sociaux. Ce n’était pas facile de s’y retrouver. J’aurais préféré tout trouver au même endroit sur la page de l’éditeur sur le site du SPIEL.digital. C’est dommage car cela semble avoir rebuté certains joueurs qui ne savaient pas où chercher.

Des lives pour présenter des jeux

Il semble qu’il était possible de visionner des lives directement sur le site du SPIEL.digital mais que c’était souvent en allemand. Je n’en ai visionné aucun donc je ne peux pas juger. Par contre, j’avais mis en fond sonore le live Twitch de Tric Trac et j’ai écouté les quelques passages qui m’intéressaient (Sonora, les roll & write, les jeux Harry Potter). J’ai été agréablement surprise qu’ils parlent aussi de quelques jeux uniquement disponibles en VO (comme Four Gardens, Sonora ou Gods Love Dinosaurs). Par contre, j’ai trouvé dommage que certains jeux présentés n’étaient pas des nouveautés (je pense à Magic Maze on Mars ou Nidavellir par exemple qui sont sortis en début d’année). Je me doute qu’ils ont répondu à des commandes des éditeurs pour mettre leurs jeux en avant, mais ce temps aurait pu être utilisé pour montrer d’autres jeux qui vont sortir afin de refléter au mieux ce qui se passe habituellement au Spiel. Mais j’admire la performance d’avoir tenu 12 heures en live par jour et cela pendant 4 jours, surtout avec une si petite équipe. Chapeau ! Il y a aussi eu des lives sur Dice Tower et sur BGG mais il y avait forcément un décalage horaire puisqu’ils sont aux USA donc pas facile de suivre.

Et sinon, j’ai joué à…

Cleocatra

Le premier jeu qu’on (oui car on est un couple de joueurs, on était donc chacun derrière notre PC) a joué est Cleocatra. Il était dans la liste des jeux que j’avais repérés (j’en ai parlé ici) et disponible sur Tabletopia. On a alors lu la règle en français et on y joue. Un jeu de placement de tuiles où on va essayer de poser des tuiles de différentes couleurs les unes à côté des autres pour marquer plus de points. Le hic, c’est qu’il est possible de déplacer les tuiles déjà placées et qu’on peut bien embêter les autres joueurs. On essaiera aussi de bien placer nos sauveteurs (meeples) autour de la tuile qu’on souhaite scorer afin d’avoir davantage de points. J’ai bien aimé la partie, mais c’est un jeu avec des chats 😻 et d’un auteur dont j’apprécie les créations donc ce n’est pas une surprise. J’ai apprécié la simplicité des règles et la petite interaction qui se crée quand on déplace une tuile. Je vous reparlerai du jeu plus en détails car l’auteur va gentiment m’envoyer une boîte.

Why you lying !

On continue avec un jeu de bluff venu d’Asie. Je ne suis pas du tout adepte des jeux de bluff car je ne sais pas mentir, mais on a l’occasion de se le faire présenter en français par le traducteur des jeux TBD avec qui je papote parfois sur le forum Tric Trac (sathimon). Même si cette fois c’est virtuel, j’ai quand même fait une belle rencontre sur ce salon puisqu’on se parlait de vive voix via Discord et que c’était bien sympathique. On y joue donc à 3. Le but est de gagner 5 cartes venant des autres joueurs. Pour cela, on va parier sur le nombre d’un tel animal et le nombre de pattes ou ailes qu’il y a dans les mains de tous les joueurs (chacun pioche 5 cartes de son paquet en début de manche). Le premier joueur lance le premier pari et ensuite on joue à tour de rôle : on peut soit changer l’animal choisi (mais uniquement pour un animal placé plus haut dans la hiérarchie : le criquet étant devant l’araignée qui est devant le poisson,…), soit augmenter la valeur (de l’animal ou des pattes/ailes), soit dire « Tu mens » au joueur précédent. Dans ce dernier cas, les joueurs révèlent leurs cartes. S’ils s’avèrent que le compte est bon, celui qui a attaqué donne une carte à l’autre. Sinon, c’est l’attaquant qui gagne une carte. Notez qu’il y a des cartes Mascotte qui sont des jokers et comptent comme l’animal de la manche, sauf si un joueur dit « Pourquoi tu mens », ce qui fait qu’on ne les comptera plus. C’est pas très compliqué et l’ambiance était très bon enfant donc ça m’a quand même amusée. Mais ça ne me le fera pas acquérir pour autant puisque c’est principalement du bluff.

Calico

On termine la première journée avec un autre jeu avec des chats. Ici aussi c’est un jeu de placement de tuiles et le but est de faire la plus attirante couverture pour les chats. À son tour, on place une de ses 2 tuiles sur son plateau et on en repioche une parmi les 3 visibles. Il faut essayer de grouper des morceaux de tissus de même couleur (minimum 3) ou de réaliser les exigences des 3 chats en jeux (ici, c’était des exigences de quantité de motifs, alors qu’il peut y avoir des formes de motifs à réaliser). On a aussi 3 tuiles Objectifs sur notre plateau où on va tenir compte des 6 tuiles qui les entourent. Ce n’est vraiment pas simple d’optimiser tout ça et il faut faire quelques sacrifices en cours de partie. J’ai bien aimé et j’y jouerai très certainement en vrai puisque le jeu arrive en VF le mois prochain.

Dinner in Paris

Celui-ci, j’avais pas prévu d’y jouer mais l’occasion se présente donc on saute dessus. J’avais déjà vu passer des infos sur le jeu sur les réseaux sociaux et le thème me plaisait bien : il faut construire des restaurants sur une place à Paris. Bon, c’est un peu à l’opposé de l’actualité mais bon… On a donc un jeu intermédiaire où il faudra bien gérer son argent (pour ouvrir des terrasses), ses ressources (pour construire des restaurants) et surtout bien se positionner sur cette jolie place. On ne joue pas seul dans son coin car les terrasses d’un restaurant ne peuvent pas être directement adjacentes à celles d’un autre restaurant (à soi ou à un autre joueur). On va alors chercher à se bloquer quand c’est possible car il y a des objectifs (personnels et publics) à réaliser et ils concernent les terrasses. J’ai bien envie d’en refaire une et d’y jouer avec le vrai matériel car il faut avouer que ce n’est pas pratique Tabletopia pour des jeux qui ont pas mal de matériel à manipuler comme celui-ci. Une très chouette découverte que je n’avais pas prévue 😊

Monster Busters

On a l’occasion de jouer à un autre jeu venu d’Asie et d’avoir les explications en français. Même si je ne l’avais pas listé, c’est l’occasion de rejouer avec sathimon et de découvrir un jeu. Ici, c’est un semi-coopératif où les joueurs vont devoir combattre collectivement des monstres. À chaque tour, on choisit secrètement si on va combattre le monstre ou si on bat en retraite. Si on combat et que la force cumulée est au moins égale à ses points de vie, on le tue et les joueurs ayant participé au combat marque des points. Sinon, pas de bol on meurt et on doit placer un de ses jetons au cimetière. Et c’est là que ça devient intéressant car la position au cimetière dépend du nombre de morts : s’il y en a 3, on se place sur la case 3. La valeur de la case accorde autant de points en fin de partie. Quand un joueur est mort 3 fois, c’est la fin de la partie et les autres joueurs placent aussi leurs jetons restants dans le cimetière. Il est donc assez intéressant de mourir en dernier. J’y ai joué à 3 ce qui n’est pas la meilleure configuration pour un jeu de ce type. Encore une fois, l’ambiance était fort sympathique donc j’ai passé un bon moment (surtout que j’ai gagné 😋) et si l’occasion se présente d’y jouer en plus grand nombre, je ne dirai pas non. Ça peut être fourbe, mais on peut quand même supposer ce que vont faire les autres, même si les surprises des cartes Arme peuvent tout chambouler. Un jeu à jouer avec les bonnes personnes pour que l’ambiance soit de la partie.

Scrolls of a Northern City

On termine la seconde journée avec un jeu de déduction que j’avais repéré. Après avoir lu les règles, on s’y attaque à 2, mais ça ne semble pas du tout être la meilleure configuration. En tout cas, on n’a pas vu l’intérêt puisqu’on avait accès chacun à la même information. Du coup, on faisait les mêmes déductions. Après quelques tours, on a décidé d’arrêter la partie.

Fleet: The Dice Game

C’était pas prévu d’y jouer et ce n’est pas vraiment une nouveauté (même si la VF arrive bientôt ici), mais après l’avoir découvert le mois dernier, on a bien envie d’y rejouer. Bon, les fiches sont en allemands, mais on a des photos de notre partie en français. C’est un roll & write plus long que ce qu’on voit habituellement et aussi plus complexe. Il y a 2 sets de dés car il y aura 2 draft de dés à chaque manche. Un premier pour avoir un poisson ce qui permettra d’augmenter sur la piste de ce poisson et gagner un permis (qui accorde une capacité) ou mettre un bateau à l’eau. Et un second draft avec des dés Action qui vont nous faire cocher des choses sur la fiche de droite. Il y a pas mal de choses à gérer, on ne sait pas trop vers quoi se tourner lors de la première partie car on voit qu’il y a plein de possibilités stratégiques. Vivement que la VF arrive pour que je vous en parle en détails 😀

The three little wolves

Le petit dernier que je n’avais pas prévu de jouer. Et encore un jeu asiatique (ce qui retranscrit bien ce que je fait quand je vais au Spiel : découvrir des jeux étrangers et lointains). C’est très familial et léger. Le but est de construire des maisons pour les loups (oui oui, vous lisez bien 😊). Pour ça, on débute avec une main de 5 cartes et à son tour on ajoute une carte à une de nos maisons (3 couleurs différentes) ou on défausse une carte pour placer un de nos loups dans la maison d’un autre joueur (ce qui rapportera des points si la maison n’est pas détruite). Ensuite, on repioche une carte. Les maisons doivent être construites en suivant des valeurs croissantes. Et de temps en temps arrive un grand méchant cochon qui donnera des points à la plus grande maison parmi toutes celles construites. En fin de partie, les maisons sans couleur (celle uniquement en blanc) sont détruites ainsi que la plus petite de toute. Chaque maison détruite fait perdre 1 point. Le joueur ayant la plus grande maison gagne des points bonus et chaque maison encore debout fait gagner 4 points. À cela s’ajoutent quelques bonus et autres malus. J’y ai joué à 4 et c’était vraiment sympa. C’est tout simple, le thème est décalé et les illustrations sont mignonnes. Ça ne réinvente rien, mais comme j’ai passé un bon moment, je l’ai commandé.

Quelques parties avec du vrai matériel

Pour finir cette troisième journée, j’avais besoin de manipuler des jetons, toucher des cartes,… bref jouer pour de vrai et plus en virtuel. Du coup, on a joué :

  • 1 partie de Roméo & Juliette où on a lamentablement échoué au dernier chapitre. Il n’est vraiment pas facile, mais on va y arriver ! L’amour triomphe toujours 😋
  • 4 parties de La marche du crabe. On est moins en osmose sur ce jeu 😆 On doit souvent recommencer l’aventure à la première plage par manque de crevettes. Plus de 60 parties mais on ne s’en lasse pas. Il est devenu notre jeu pour 2 préféré 😍
  • 1 partie de Clip Cut Parcs, le roll & cut. On découpe selon le lancer de dé et on essaie de remplir nos cartes Parc selon les contraintes. C’est vraiment sympa et ça change des traditionnels jeux à cocher.

Tidal Blades

Pour le dernier jour du SPIEL, on abandonne les parties virtuelles car rien ne vaut le contact avec le matériel d’un jeu. On commence en découvrant Tidal Blades qu’on a reçu quelques jours plus tôt. Le jeu est magnifique, c’est indéniable et les figurines sont vraiment belles (uniquement dans la version Deluxe). Il s’agit d’un jeu de placement d’ouvriers (ou plutôt déplacement car on ne peut pas rester sur le même lieu d’un tour à l’autre), de gestion de ressources (et ce sera souvent tendu), de planification et de gestion de dés. Ça se joue en 4 manches pour un total de 12 actions (2 pour la première manche et on va en récupérer ensuite pour en avoir 4 à la dernière) ce qui est peu pour tout ce qu’il y a à faire : récolter des ressources, des dés, valider des cartes Challenges, combattre les monstres,… On ne peut vraiment pas tout faire et j’étais un peu perdue lors de cette première partie. Il faut clairement que j’y rejoue car ma première impression est plutôt mitigée (sensation de ne pas vraiment contrôler les lancers de dés) et je pense que c’est un jeu qui s’apprécie quand on connaît les cartes et mécaniques.

Coloma

On enchaîne avec Coloma qu’on a déjà joué donc ce n’est pas une découverte. On y joue à 2 mais cette fois avec la variante Défi de mules. Une variante bien plus tactique et qui simule bien l’interaction (gentille) qu’on ressent dans une partie à 4 joueurs. La partie que j’ai préférée est celle jouée à 4, mais ça ne m’empêchera pas de le sortir à 2 car j’aime beaucoup le gameplay. Le système de roue est bien pensé et nécessite de prévoir ce qu’on va faire (ou essayer de faire) au prochain tour. Ici aussi, il faudra bien gérer les différentes ressources (argent, or et meeples) afin de pouvoir faire les 2 actions de la roue quand on a l’occasion de faire les 2 ! Car une fois que chaque joueur a choisi secrètement l’un des 5 quartiers de la roue où il souhaite aller et qu’on a révélé notre choix et placé notre Personnage, on va déplacer la barricade sur le quartier où il y a le plus de Personnages et cela bloquera la seconde action de ce quartier. Heureusement, parfois ça nous sera favorable car des cartes Bâtiment permettent de faire une action si la barricade est là. Une grosse envie d’y revenir car c’est fluide, malin, joli et qu’il y a plein de stratégies à essayer. Je vous en reparlerai dans un article détaillé une fois que j’y aurai rejoué.

Sonora

On termine avec mon jeu à cocher du moment : un flick & write, soit un mélange de jeu de pichenette et de roll & write. Ça se joue en 2 phases : d’abord on lance nos pions sur le plateau commun et ensuite on écrit sur notre fiche en fonction des pions dans les différentes zones. Le plateau et les fiches sont divisés en 4 zones qui ont chacune leurs spécificités : dans la zone Lézard, le premier à terminer de cocher entièrement une zone aura plus de points et un bonus (c’est donc une course) ; dans la zone Renard, on va placer des formes Tetris pour collectionner les cactus et avoir des bonus ; dans la zone Chouette, on va avancer sur le chemin afin d’avoir des points et des bonus ; dans la zone Lapin, on va encercler des cactus et/ou des bonus en utilisant le total de nos jetons. En fait, ce sont 4 mini-jeux en 1 et il y a de chouettes combos à faire pour aller écrire dans les différentes zones. L’interaction est vraiment présente pendant la phase de pichenette et on râlera souvent quand on se fera éjecter. Il est vraiment très chouette et j’espère qu’un éditeur va s’y intéresser pour le ramener sur le marché francophone car il se démarque vraiment des autres jeux à cocher qui sortent. Je prépare un article pour le mettre sur le devant de la scène 😉

Les achats

Même si je n’ai pas essayé grand chose, j’ai tout de même eu envie de dénicher des jeux que j’aurais pu ramener d’Essen si le salon avait eu lieu en vrai de vrai. Malheureusement, ce n’est pas forcément évident de trouver des jeux lointains en boutique. Mais c’est quand même possible grâce à Philibert et aux sponsors du SPIEL.digital (et particulièrement Pegasus pour ma part). Du coup, on a quand même fait des folies et commandés des jeux qu’on n’a pas essayés mais dont le thème, la mécanique ou le pitch nous bottait bien. Les paniers des 2 commandes comprennent donc :

  • CloudAge : on a finalement craqué pour le nouveau Pfister car on a adoré la campagne de Maracaibo et qu’une campagne est aussi prévue dans ce jeu. On verra si on a bien fait.
  • Pandemic Legacy – Saison 0 : un achat qu’on avait prévu pour jouer pendant les congés de fin d’année. Cette fois, on fera la campagne rien qu’à 2. L’avantage, c’est que ça collera à l’actualité.
  • Unlock – Mythic Adventures : on a joué tous les Unlock jusqu’à maintenant et ce n’est pas près de changer car on n’a pas encore été déçus.
  • Troyes Dice : car une commande de jeux sans roll & write n’est pas une vraie commande 😆 Plus sérieusement, je l’ai essayé au FIJ de Cannes et j’avais bien aimé donc il va rejoindre les 40 autres jeux à cocher de ma collection.
  • Four Gardens : celui-ci, ce n’est pas moi qui l’ai mis dans le panier, mais Monsieur. Il en avait entendu parler et il est attiré par le jeu (gestion de ressources, création de panorama,… avec une pagode en 3D).
  • The three little wolves : on a bien aimé la partie qu’on a jouée et il est en précommande sur le site de Pegasus donc on se fait plaisir.
  • Knapp Daneben : un des roll & write que je cherchais depuis la rédaction des 2 gros articles sur le sujet (ici et pour ceux qui ne les ont pas vus passer). Allez hop, dans le panier 😁
  • Blätterrauschen : ne me demandez pas comment ça se prononce, je n’en sais rien 😋 C’est un roll & write que j’ai découvert pendant le SPIEL sur un compte Instagram (le même que celui qui m’a fait découvrir les MINNYS). J’ai trouvé la couverture mignonne, j’ai lu qu’il y avait 4 types de fiches (printemps, été, automne, hiver) qui se jouaient différemment donc j’ai craqué. Bon, il faut que j’apprenne l’allemand d’ici la réception du colis (prévue mi-décembre vu qu’il y a des précommandes) car les règles ne sont qu’en allemand (je croise les doigts pour trouver une traduction en anglais d’ici là).
  • Atheneum: Mystic Library : on est tous les 2 attirés par les jeux ayant comme thème la magie donc quand j’ai vu celui-ci, je lui ai tout de suite montré. On s’est renseigné vite-fait et on s’est laissé tenter. Un jeu où on doit ranger la bibliothèque tout en étudiant pour son examen de magie. Le thème me plaît bien : du rangement et de la magie.
Conclusion

Comme toute première édition, il y a des choses à améliorer : centraliser les informations, utiliser les mêmes supports pour faire jouer,… Malgré tout, je suis satisfaite de ce premier SPIEL virtuel. J’ai pu y découvrir des jeux lointains, comme j’ai l’habitude de le faire quand je me rends au Messe d’Essen. J’ai même craqué sur des jeux sans les essayer, simplement en flânant sur un site de vente en ligne (Pegasus). Un peu comme ça se passe sur le salon d’Essen. Enfin, je suis bien contente d’avoir pu papoter avec sathimon (le traducteur pour TBD) car c’est aussi ça les salons : des rencontres. En tout cas, vivement que ce fichu virus soit derrière nous et que les festivals reprennent car c’est quand même vachement mieux en vrai (même si on a mal au pied, qu’on est crevé et qu’on rentre la voix cassée à force de parler fort pour couvrir le bruit). Et pour vous, c’était comment ce SPIEL.digital ?

11 commentaires sur “SPIEL.digital : Le compte-rendu

  1. Bonjour, Merci pour ce bel article (comme souvent d’ailleurs) 🙂
    Et merci d’avoir subi mes explications, j’espère qu’on aura l’occasion de se refaire quelques parties tous les 3 🙂
    Effectivement on fait de belles rencontres sur les salons, et là aussi sur un salon virtuel 😉
    Passe le bonjour à canardzarb 😉

    J’aime

  2. Bonjour et merci pour ce compte rendu très détaillé 🙂 et très intéressant comme souvent sur le blog 🙂
    Belles rencontres aussi de mon côté, en espérant qu’on puisse se refaire quelques parties (je pense à Macaron notamment, quand Ta-Te aura eu le temps de me faire une démo du jeu).
    Bonjour à canardzarb aussi 🙂 et j’espère cette fois-ci qu’il n’y aura pas coalition 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour ton gros compte-rendu et la présentation des jeux que tu convoites/connais. Je note Calico dans un coin, je suis de plus en plus curieux de Sonora à force de le voir apparaître dans tes articles ! D’ailleurs, si je regarde bien la photo, le matériel est complétement vide de texte? Il peut donc être proposé à jouer à des francophones même si les règles sont en anglais?
    J’ai reçu Troyes Dice il y a deux jours, je me suis bien chauffé les neurones avec hier !

    Aimé par 1 personne

    1. Effectivement, il n’y a pas de texte sur le matériel de Sonora et il sera en préco chez Philibert d’ici la fin de l’année (pour la VO donc, vu que rien d’annoncé en VF). J’en parle souvent car c’est vraiment un des paper & pencil découvert cette année qui sort du lot. Il n’est pas exempt de défauts, mais ils sont minimes et non rédhibitoires. Je trouve qu’il apporte vraiment sa touche d’originalité avec la pichenette, et pourtant j’ai aucun jeu de pichenette (même si je peux y jouer si on me le propose).

      J’aime

  4. Merci pour ce très agréable compte rendu et ces quelques sympathiques découvertes par procuration ! Je reçois ma commande de Blätterrauschen (Bruissement des feuilles en VF… tout un poème pour un Roll ‘n Write) la semaine prochaine et peux me lancer dans la traduction des règles en VF si ça vous intéresse.

    J’aime

    1. Ah oui, je suis très intéressée. J’ai demandé à l’éditeur si un pdf des règles en anglais était disponible, mais je n’ai pas eu de réponse malheureusement (et il n’y a rien sur BGG pour le moment). C’est très gentil de me le proposer en tout cas. Merci beaucoup 🙂

      J’aime

  5. Super! Avec plaisir ! Je m’y mets au plus vite! Je vois si j’arrive à charger la trad sur BGG ou je vous l’envoie par mail. Dites moi si vous voyez un autre moyen! Ah, précision : ce sera fait sur un fichier word. Je suis incapable de me lancer dans une mise en page du tonnerre 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Par mail, ça me va aussi 🙂 Mais si vous n’arrivez pas à la mettre sur BGG, je pourrais regarder pour le faire afin de faire profiter un maximum de personnes et je mentionnerais évidemment qui a fait la traduction et que ce n’est pas moi.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s